LOCMIQUELIC - COMMERCES D'AUTREFOIS

LOCMIQUELIC - Ces commerces disparus

Comme bon nombre d'autres villes ou villages, Locmiquélic possédait autrefois de nombreux commerces.  Ils étaient l'âme de la cité et permettaient de tisser le réseau social de la cité. De Talhouant à Pen-borh ou de Pen-Mané aux quatre chemins, nombreux étaient les commerces de détail offrant toutes les prestations utiles à une population certe pas bien riche mais heureuse. Pour exemple, à la fin des années 50, on comptait sur la commune pas moins de 28 buvettes, café ou autres débits de boisson. Nombreuses aussi étaient les épiceries, boucheries, mercerie ou autres quincailleries dont certaines vivotaient on ne sait comment,  mais c'était à l'époque où les grandes surfaces n'avaient pas encore fait leur apparition.
Nous vous avons présenté quelques uns de ces commerces lors de nos différentes expositions, nous vous invitons à les redécouvrir à travers le résumé  ci-après.
Vous possédez d'autres informations ou d'autres vues de commerce aujourd'hui disparus ou transformés en maisons d'habitation, faites nous en part lors de nos manifestations. Vous pouvez aussi nous contacter via le lien ci-contre... voire demander à nous rencontrer en vue d'un rendez-vous.
 

Le café des trois couleurs

Ce café situé rue de la mairie était la propriété de la famille PHILIPPE. Longtemps siège du Peu Leu Leu il a connu de grandes heures de gloire dans les années 70/80 avec notamment  la grande épopée du Basket à Locmiquélic. Les derniers tenanciers, la famille DANIGO, n' étaient ni plus ni moins que les petits enfants d' André PHILIPPE.


 
La boucherie COOP

Ce commerce très propère faisait partie intégrante de la "Grande COOP", magasin issu de "La colombe" une société de panification reprise par "La Persévérante Locmiquélicaine" puis de l'Union des Commerçants Lorientais. Situé rue des lavoirs, cette boucherie était tenu par Joseph DREANO, plus connu sous le pseudonyme de "Jobic". Comme dans toutes les boucheries de l'époque, la viande était suspendue par de grands crochet se terminant par deux ou trois anneaux qui venaient s'accrocher sur une rangée de pointes fixées sur une poutre ou au plafond. Un énorme billot servait à la découpe de la viande avant que le boucher ne l'enveloppe dans du papier glacé, lui même recouvert de papier journal. Mais à cette époque, l'hygiène était plus sommaire et il n'y avait pas de règlementation draconniène comme on peut en connaître aujourd'hui. 
  



La boulangerie LE ROLLE

 
Contrairement à d'autres commerces qui ont temporairement baissé rideau pour changement d'enseigne ou fermé définitivement, ce lieu a changé d'enseigne mais reste encore à ce jour une boulangerie sise grande rue... 
 
La boulangerie LE ROLLE dans les années 60
 
L'alimentation LE SQUER

Cette alimentation, située 9 rue du port deviendra par la suite "Le modern bar" avant d'être transformée en pizzéria "La Colombina" puis devenir l'habitation de nos amis Jean Claude et Chantal LE NY.
(Don iconographique de cette famille en date du 19/10/2009 et présentée à l'occasion des 90 ans de Locmiquélic)
Le même commerce transformé en pizzéria à la fin des années 90

(Don iconographique de la famille LE NY en 2009 à l'occasion des 90 ans de Locmiquélic)
 Cette pizzéria qui était tenue par Pascal migrera par la suite rue des lavoirs avant de disparaitre à son tour au profit d'une maison d'habitation.
 
L'épicerie LE TREQUESSER
Ce commerce, attenant à la boulangerie DREAN d'un côté et formant l'angle de l'impasse du Gelin de l'autre, se situait dans la partie basse de la grande rue. Une magnifique photo des années 60 nous rappelle son existence.
(26/02/2016 - Cette photo, qui avait disparu de nos archives depuis bientôt 2 ans, vient de faire l'objet d'une restauration. C'est avec grand plaisir que nous la remettons en ligne afin de vous la présenter)

 
La clinique du cycle

Ce commerce, propriété de la famille LE RUYET, était fréquenté par de nombreux Locmiquélicains et autres Riantecois. Outre la vente et la réparation de cycles et cyclomoteurs, on y venait pour s'approvisionner en carburant pour sa mobylette ou pour le moteur hors bords de sa plate ou celui de son canot.
Louis LE RUYET, était une figure connu de la cité. Chaque jour on pouvait le croiser au hasard des rues lors des essais après réparation. La partie habitation de ce commerce est devenu l'actuelle banque "Crédit Agricole"
 
 
Le café Portenguen

 Situé sur le port de Sainte Catherine, l'Etoile du Marin était tenu par Marie Portenguen avant de devenir propriété de la famille LE NEILLON et siège de la société de transport du même nom. Au fil des ans et des transformations, les locmiquélicains le connaîtrons sous 'Bar de la rade', 'La Boussole' ou actuellement "l'Arrêt au port'

 
La boulangerie DREAN

 
Au départ en retrate de Jean et Jeannette DREAN, cette boulangerie a changé plusieurs fois d'enseigne avant de fermer définitivement à la fin des années 90. Située en bas de la grande rue,elle était fréquentée de potron minet à tard en soirée par les nombreuses ouvrières et trieuses du port.
(Droits photo en cours d'acquisition) 
 
Café chez P4

Ce débit de boisson, située rue du port était un lieu très prisé d'après guerre. Pour les résidents de Sainte Catherine, il était fréquent d'y voir des mariages danser  devant l'établissement.
Cet estaminet tenait il son surnom des fameuses cigarettes?  Si d'aucuns ont réponse à cette interrogation, nous en serions preneur.
Les P 4
Autrefois l'on fumait partout, les gauloises bien sur mais aussi des P4 - P pour Parisiennes, la marque des cigarettes et 4 pour le nombre que le paquet contenait.Ce tabac à pas cher, entre 0.16 et 0.20 anciens francs, étaient plus fines que les gauloises et avaient  mauvais goût.
Paquets de P4
 


La droguerie LE HEN

Dans ce  magasin de la grande rue, on trouvait de tout ...
En cours de transfert
 
La poissonnerie LE BOEDEC

Au départ en retraite de cette famille, ce magasin situé place du centre a abrité temporairement une autre poissonnerie avant de devenir un commerce de pizza à emporter
 
 
 
Monsieur & madame LE BOEDEC
 
LES FERMETURES RECENTES
 
La Crêperie Maritime

 Ce commerce se situait dans la grande rue à l'emplacement de l'ancienne boucherie LE PEN.
 

La poissonnerie "L'Etal du marin"
Face à la concurrence des grandes surfaces, la dernière poissonnerie du bourg a fermé définitivement ses portes. Cette poissonnerie avait vu le jour dans les années 60. François PORTANGUEN s'y était installé après avoir quitté un local sis à l'emplacement de du magasin "UTILE". Bertrand Guern, en était le dernier propriétaire. Comble du paradoxe, Locmiquélic, village de pêcheurs, ne possède plus de poissonnerie. 
 
Recherchons photo (Avec Berthe et Bertrand si possible - On compte sur vous...)

 
MARINE

 
C'était un commerce très connu des Locmiquélicains. Bon nombre de ces derniers y avaient déposé leurs listes de mariage. C'était le dernier magasin de cadeaux souvenirs de la grande rue. Il était la propriété de madame Jaqueline UHUEL qui avait pris la succession de sa mère madame LE HEN. Il a baissé rideau à l'été 2015. 
 
Restaurant "Monts et mers veillent"

 Repris en avril 2014, ce restaurant,tenu par Gaël et Marine SABATIER à fermé ses portes en 2016. Il se situait rue de la mairie. Les membres de notre association avaient pour habitude de s'y retrouver chaque hiver à leur retour des crèches maritimes d'Etel afin d'y déguster leur cuisine traditionnelle à base de produits frais du moment ou leurs spécialités montagnardes.

 
 
 
Boulangerie "Pains Douceurs et Chocolats"
 
Photo en cours
 
Située au 36 de la Grande rue et bien connu des Locmiquélicains, cette boulangerie avait été reprise par Thomas Guillouard et Mélina Quellec le 24 juillet 2014.  Rachetée à Nicolas Pirson et Erwan Nicolic qui l'avaient baptisée "Pains & Gourmandises" elle avait changé de nom pour prendre celui de "Pains Douceurs et Chocolats".
Avec cette fermeture, c'est un autre commerce de bouche qui disparait du paysage minahouet avec la fermeture de l'enseigne le 24 février 2017.

Commerces d'autrefois

LOCMIQUELIC - Ces commerces disparus


Comme bon nombre d'autres villes ou villages, Locmiquélic possédait autrefois de nombreux commerces.  Ils étaient l'âme de la cité et permettaient de tisser le réseau social de la cité. De Talhouant à Pen-borh ou de Pen-Mané aux quatre chemins, nombreux étaient les commerces de détail offrant toutes les prestations utiles à une population certe pas bien riche mais heureuse. Pour exemple, à la fin des années 50, on comptait sur la commune pas moins de 28 buvettes, café ou autres débits de boisson. Nombreuses aussi étaient les épiceries, boucheries, mercerie ou autres quincailleries dont certaines vivotaient on ne sait comment,  mais c'était à l'époque où les grandes surfaces n'avaient pas encore fait leur apparition.
Nous vous avons présenté quelques uns de ces commerces lors de nos différentes expositions, nous vous invitons à les redécouvrir à travers le résumé  ci-après.
Vous possédez d'autres informations ou d'autres vues de commerce aujourd'hui disparus ou transformés en maisons d'habitation, faites nous en part lors de nos manifestations. Vous pouvez aussi nous contacter via le lien ci-contre... voire demander à nous rencontrer en vue d'un rendez-vous.

Le café des trois couleurs


Ce café situé rue de la mairie était la propriété de la famille PHILIPPE. Longtemps siège du Peu Leu Leu il a connu de grandes heures de gloire dans les années 70/80 avec notamment  la grande épopée du Basket à Locmiquélic. Les derniers tenanciers, la famille DANIGO, n' étaient ni plus ni moins que les petits enfants d' André PHILIPPE.

Le café des trois couleurs

La boucherie COOP


Ce commerce très propère faisait partie intégrante de la "Grande COOP", magasin issu de "La colombe" une société de panification reprise par "La Persévérante Locmiquélicaine" puis de l'Union des Commerçants Lorientais. Situé rue des lavoirs, cette boucherie était tenu par Joseph DREANO, plus connu sous le pseudonyme de "Jobic". Comme dans toutes les boucheries de l'époque, la viande était suspendue par de grands crochet se terminant par deux ou trois anneaux qui venaient s'accrocher sur une rangée de pointes fixées sur une poutre ou au plafond. Un énorme billot servait à la découpe de la viande avant que le boucher ne l'enveloppe dans du papier glacé, lui même recouvert de papier journal. Mais à cette époque, l'hygiène était plus sommaire et il n'y avait pas de règlementation draconniène comme on peut en connaître aujourd'hui.  

La boucherie COOP de la rue des lavoirs

La boulangerie LE ROLLE


Contrairement à d'autres commerces qui ont temporairement baissé rideau pour changement d'enseigne ou fermé définitivement, ce lieu a changé d'enseigne mais reste encore à ce jour une boulangerie sise grande rue... 

La boulangerie LE ROLLE dans les années 60

L'alimentation LE SQUER


Cette alimentation, située 9 rue du port deviendra par la suite "Le modern bar" avant d'être transformée en pizzéria "La Colombina" puis devenir l'habitation de nos amis Jean Claude et Chantal LE NY.
(Don iconographique de cette famille en date du 19/10/2009 et présentée à l'occasion des 90 ans de Locmiquélic)
Le même commerce transformé en pizzéria à la fin des années 90

(Don iconographique de la famille LE NY en 2009 à l'occasion des 90 ans de Locmiquélic)


Cette pizzéria qui était tenue par Pascal migrera par la suite rue des lavoirs avant de disparaitre à son tour au profit d'une maison d'habitation.

L'épicerie LE TREQUESSER

Ce commerce, attenant à la boulangerie DREAN d'un côté et formant l'angle de l'impasse du Gelin de l'autre, se situait dans la partie basse de la grande rue. Une magnifique photo des années 60 nous rappelle son existence.
(26/02/2016 - Cette photo, qui avait disparu de nos archives depuis bientôt 2 ans, vient de faire l'objet d'une restauration. C'est avec grand plaisir que nous la remettons en ligne afin de vous la présenter)

La clinique du cycle


Ce commerce, propriété de la famille LE RUYET, était fréquenté par de nombreux Locmiquélicains et autres Riantecois. Outre la vente et la réparation de cycles et cyclomoteurs, on y venait pour s'approvisionner en carburant pour sa mobylette ou pour le moteur hors bords de sa plate ou celui de son canot.
Louis LE RUYET, était une figure connu de la cité. Chaque jour on pouvait le croiser au hasard des rues lors des essais après réparation. La partie habitation de ce commerce est devenu la banque "Crédit Agricole" avant dêtre racheté en 2017 par la municipalité. Depuis 2019, le bâtiment a été attribué par convention à l'association "La Mémoire Des Minahouets" dans le cadre du centenaire de la commune.

Le café Portenguen


 Situé sur le port de Sainte Catherine, l'Etoile du Marin était tenu par Marie Portenguen avant de devenir propriété de la famille LE NEILLON et siège de la société de transport du même nom. Au fil des ans et des transformations, les locmiquélicains le connaîtrons sous 'Bar de la rade', 'La Boussole' ou actuellement "l'Arrêt au port'

La boulangerie DREAN


 
Au départ en retrate de Jean et Jeannette DREAN, cette boulangerie a changé plusieurs fois d'enseigne avant de fermer définitivement à la fin des années 90. Située en bas de la grande rue,elle était fréquentée de potron minet à tard en soirée par les nombreuses ouvrières et trieuses du port.
(Droits photo en cours d'acquisition) 

Le Pétanq Bar


En 1950, ce débit de boisson, tenu par Lucienne et Joachim QUERE doit son origine au fait que monsieur QUERE, alors marin de l'état à Toulon, découvre la pétanque et revient avec l'idée de la faire connaître au pays Minahouet. Ce qui fut fait avec la création du "Pétanq Club". Attenant au café, un magasin de souvenir "La Ménagère" proposait vaisselle et souvenirs Bretons.
Transformé dans les années 70, le Pétanq Bar connaitra plusieurs propriétaire avant de disparaitre en 2003 au départ en retraite de la famille BARBIER.
Haut lieu de fréquentation de la jeunesse de l'époque, nombre de jeunes aimaient s'y retrouver pour y ont rencontrer l'âme soeur.

Le Pétanq Bar dans les années 60

Café "Chez P4"


Ce débit de boisson, située rue du port était un lieu très prisé d'après guerre. Pour les résidents de Sainte Catherine, il était fréquent d'y voir des mariages danser  devant l'établissement.
Cet estaminet tenait il son surnom des fameuses cigarettes?  Si d'aucuns ont réponse à cette interrogation, nous en serions preneur.

Mariage dansant devant chez P4 dans les années 50

Les P 4

Autrefois l'on fumait partout, les gauloises bien sur mais aussi des P4 - P pour Parisiennes, la marque des cigarettes et 4 pour le nombre que le paquet contenait.Ce tabac à pas cher, entre 0.16 et 0.20 anciens francs, étaient plus fines que les gauloises et avaient  mauvais goût.

Paquets de P4

La droguerie LE HEN


Dans ce  magasin de la grande rue, on trouvait de tout ...
En cours de transfert

La droguerie LE HEN

La poissonnerie LE BOEDEC


Au départ en retraite de cette famille, ce magasin situé place du centre a abrité temporairement une autre poissonnerie avant de devenir un commerce de pizza à emporter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Porro labore architecto fuga tempore omnis aliquid, rerum numquam deleniti ipsam earum velit aliquam deserunt, molestiae officiis mollitia accusantium suscipit fugiat esse magnam eaque cumque, iste corrupti magni? Illo dicta saepe, maiores fugit aliquid consequuntur aut, rem ex iusto dolorem molestias obcaecati eveniet vel voluptatibus recusandae illum, voluptatem! Odit est possimus nesciunt.

Monsieur & madame LE BOEDEC

LES FERMETURES RECENTES


La Crêperie Maritime


 Ce commerce se situait dans la grande rue à l'emplacement de l'ancienne boucherie LE PEN.


La poissonnerie "L'Etal du marin"

Face à la concurrence des grandes surfaces, la dernière poissonnerie du bourg a fermé définitivement ses portes. Cette poissonnerie avait vu le jour dans les années 60. François PORTANGUEN s'y était installé après avoir quitté un local sis à l'emplacement de du magasin "UTILE". Bertrand Guern, en était le dernier propriétaire. Comble du paradoxe, Locmiquélic, village de pêcheurs, ne possède plus de poissonnerie. 
 
Recherchons photo (Avec Berthe et Bertrand si possible - On compte sur vous...)


MARINE


 
C'était un commerce très connu des Locmiquélicains. Bon nombre de ces derniers y avaient déposé leurs listes de mariage. C'était le dernier magasin de cadeaux souvenirs de la grande rue. Il était la propriété de madame Jaqueline UHUEL qui avait pris la succession de sa mère madame LE HEN. Il a baissé rideau à l'été 2015. 

Restaurant "Monts et mers veillent"


 Repris en avril 2014, ce restaurant,tenu par Gaël et Marine SABATIER à fermé ses portes en 2016. Il se situait rue de la mairie. Les membres de notre association avaient pour habitude de s'y retrouver chaque hiver à leur retour des crèches maritimes d'Etel afin d'y déguster leur cuisine traditionnelle à base de produits frais du moment ou leurs spécialités montagnardes.

 
 

Boulangerie "Pains Douceurs et Chocolats"

 
Photo en cours
 
Située au 36 de la Grande rue et bien connu des Locmiquélicains, cette boulangerie avait été reprise par Thomas Guillouard et Mélina Quellec le 24 juillet 2014.  Rachetée à Nicolas Pirson et Erwan Nicolic qui l'avaient baptisée "Pains & Gourmandises" elle avait changé de nom pour prendre celui de "Pains Douceurs et Chocolats".
Avec cette fermeture, c'est un autre commerce de bouche qui disparait du paysage minahouet avec la fermeture de l'enseigne le 24 février 2017.